Histoire des Églises Évangéliques de Réveil

Le mouvement des Églises Évangéliques de Réveil est né dans la deuxième moitié des années 1930 à la suite des campagnes de réveil de l’évangéliste gallois George Jeffreys, fondateur en Grande Bretagne de l’Église évangélique Elim au début des années vingt. Sa prédication de l’évangiles aux quatre angles (Jésus sauve, Jésus baptise, Jésus guérit, Jésus revient) eut un tel retentissement que 12.000 personnes se sont converties en Suisse durant l’année 1935 ; en 1936, il y eut 2.000 conversions supplémentaires en deux semaines seulement.

Après des études en Angleterre, Adolphe Hunziker a commencé sa carrière comme jeune pasteur assistant dans le Nord de la France. À Lille, notamment, avec un autre Suisse du nom d’Arthur Maret, il œuvre dans le sillage de Douglas Scott, le revivaliste britannique qui a introduit le pentecôtisme en France et qui est le précurseur des Assemblées de Dieu. Puis il revient en Suisse en tant que traducteur de George Jeffreys.

Création de la première Église de Réveil à Genève en 1935

Suite à deux missions de George Jeffreys. Les responsables de la campagne avaient le désir de créer une Église de Réveil dans leur ville pour y accueillir en toute liberté ceux et celles qui avaient été touchés par l’Évangile. Mais cette idée ne rencontra pas l’unanimité au sein de l’Union pour le Réveil qui espérait vraiment que le “ réveil charismatique ” pénètre l’Église officielle. Malgré l’opposition générale, le pasteur Hunziker, entouré d’une demi-douzaine de personnes, pensa qu’il fallait “ des outres neuves pour recevoir le vin nouveau ”. Et c’est ainsi que, par voie de presse, ces amis de George Jeffreys annoncèrent la première réunion de Réveil d’une église naissante, qui eut lieu au troisième étage du Bâtiment de la Réformation, le mercredi 20 novembre 1935.

Ce 20 novembre, une trentaine de personnes étaient là, un peu curieuses de connaître cette Église de Réveil naissante. On y proclamait le “ Plein Évangile ” et l’on imposait les mains aux malades. Peu à peu, malgré de fortes oppositions, l’auditoire grandit. Quel était donc le message du pasteur Hunziker et de son cher ami Maret qui le rejoignit en février 1936 ? C’était exactement le même que celui du Principal George Jeffreys  » l’évangile aux quatre angles ».

Par le ministère du Pasteur Arthur Maret se formèrent des communautés à Yverdon et dans le Nord vaudois. A La Chaux-de-Fonds, l’Eglise Baptiste, visitée par le message du Réveil, se joignit bientôt aux E.E.R. naissantes sous le ministère du Pasteur Ernest Lorenz.

1957 : Première église de Réveil en France

Conseillés par un ami commun, Daniel Guillaume, les pasteurs Arthur Maret de Lausanne et Adolphe Hunziker de Genève ont pris les premiers contacts, fin 1957 avec une assemblée sans berger à Villeurbanne. Avec l’aide de leur collègue de la Chaux-de-Fonds, ils ont assuré, durant plusieurs mois les cultes de cette église naissante.

La première église évangélique de Réveil en France commence alors sous la direction du pasteur Fleury Hobbe. L’église s’établit dans un ancien cinéma au Cours Tolstoï à Villeurbanne. Le 28 octobre 1958, l’Eglise Evangélique de Réveil de Villeurbanne est déclarée à la Préfecture du Rhône comme association cultuelle. Le premier conseil est constitué. Durant cette période et par l’intermédiaire des frères Cellerier et Germain des contacts ont lieu avec Claude Stalin, pasteur apostolique à Saint-Etienne, qui avait commencé une action d’évangélisation sur Lyon. En 1966, le pasteur Claude Stalin prend la succession du pasteur Hobbe. Avec le pasteur Stalin de 1966 à 1980 l’église prend un tournant missionnaire et évangélise la région, ce qui donne naissance aux églises de Meyzieu, Bourg en Bresse, Sallanches puis Saint-Priest.

Bibliographie